Forum de l'Anthologie

Ici on parle de tout et de rien. Culture, musique, arts, littérature, actualitées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les contes de Perrault monte sur les planches.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 27 Sep à 23:11

J'ouvre ce topic à l'intention principalement de tout les membres de l'option théâtre facultatif du Lycée Montesquieu, mais aussi à tous ceux qui aiment les conte de Perrault, à tous ceux qui aime le théâtre.
A tous ceux qui voudrait réagire.

En effet, le beau projet proposé par nos profs de théâtre est le suivant : Faire une adaptation au théâtre des contes de Charles Perrault. Voilà maintenant quelques 4 semaines que la travail a commencé. Et tout les élèves se sont mits au boulo avec enthousiasme !

Pour s'attaquer à Perrault, il a été décidé de passer par la porte d'entré : Peau d'âne. Conte en vers de Charles Perrault.

Les élèves se sont divisé en 4 groupes, chaque groupe se lançent seul sur un piste, une exploration de Peau d'Ane et une réflexion sur comment le mettre en scène.

Chaque groupe est partis dans direction trés différentes, mais au final tout le monde tiens sa bonne idée chaque groupe ayant trouvé, UN élément fondamentalement intéressant.

Je cite en vrac : Les ombres chinoises, idées proprement génial aux accent merveilleux tout simplement superble !
Le Carousel des personnages stéréotypes du conte qui se déglngue, boite à musique en prime, ambiance oppressante, et puissance indéniable.
L'humour noir absolu ou comment sur Unchain melody des jeunes filles prés à tout pour épouser le princesse, se rabotent les doigts, hurlements et pseudo émoglobine en prime ! rendu proprement hilarant et horrible ! De l'humour noir intensse !
Il y a aussi Peau d'ane revu et corrigé, ou plutot revu dans sa forme soit disant originel. Narrateurs pas d'accord sur l'histoire et marraine digne de Cruela ! Drôle ! délicieusement Drôle !
Et enfin il y a aussi dans un ton plus sérieux ! mais il en faut, l'illustration de la volonté d'inceste du père de peau d'ane avec la chanson l'aigle noir de Barbara. Quelques pas de danse, envolé lyrique de quelques instants, une forme d'horreur mais en vers et en poésie.

4 séances est déjà tellement de trucs ! On est partis pour un long, mais passionant procéssus de création. Car les idées, les problèmes qui sont soulevés par Peau d'âne, seront réexploité pour les autres contes !

J'ai d'ailleur quelques idées pour Cendrillon ... mais j'en parlerais plus tard !

J'attend vos commentaires à vous ! vos petites avis perso' !

Que vous inspire ce travail sur Peau d'âne ?

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "


Dernière édition par le Mer 15 Nov à 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 11 Oct à 21:37

Les deux dernière séance on était consacré au soulèvement d'un certains nombre de questios, des séances trés bavarde donc mais trés utilent.

Je ne vais pas ici évoquer tout le points, juste quelques uns comme ça dans le désordre, les plus important à mes yeux, je laisse le soin à d'autre de completer !
On a évoqué, par exemple la question du réalisme, est ce que nous devions abordé les contes sous un angle réaliste. il me semble me souvenir que ce problème a été soulevé après la lecture du journal de bord de Sarah. Une pièce de théatre a t elle volonté d'etre réaliste ??
Il a décidé que non ! En effet, le théatre n'est pa franchement réaliste, on est toujours plus ou moins dans quelques chose de plus appuyer que la réaliter, une réaliter amplifier peut etre. Irréaliter donc. Iréaliter metant en relief certain point négatif peut etre de notre réel.
De plus des contes, même si on veut les rendre plus adulte sont en même au antipodes du réel. Donc, non décidément non. On ne fera pas du réel ! voila ca c'est dit !! Laughing

On aborder le découpage du conte de Peau d'ane aussi, permettant, ainsi de diviser le tout en une dizaine de tableau. Certain ayant déjà était abordé, d'autre pas encore. ( et ca a d'ailleur était le travail du jour.) Au final donc, tout le texte a était divisé. et toute les parties ont plus ou moins était abordé.

d'autre choix on était fait comme celui d'un monsieur Loyal. narrateur total du show ! je crois d'ailleur qu'on va se battre pour ce rôle.

la distribution de peau d'ane a aussi était faite, de façon fort démocratique avec des choix dictatoriaux !! alien et oui !
J'ai était personnelement contraint et forcer de prendre le rôle du roi dans peau d'âne ! et vlan ! encore un rôle de salaud !! king
ca c'est fait je suis sur maintenant que si j'ai un jour un rôle au cinéma ! ca sera celui du méchant psychopathe !!

voila !
j'attend tout vos petits commentaires !

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Emi
Philosophe
Philosophe
avatar

Nombre de messages : 1227
Localisation : Nogent - sur - Marne
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 11 Oct à 21:49

Je voudrai pas dire mais vos profs font pas dans le plagiat ? En ce moment au théâtre de la gaité montparnasse :

ET APRES !... de Barbara d’Alessandri et Helena Noguerra
Mise en scène de Dominique Farrugia et Barbara d’Alessandri, avec Helena Noguerra, Anne Depétrini
à partir du 26 septembre à 20h
28,50€, mardi au vendredi, samedi à 17h30 ; 38€, samedi
Pour résumer :
« Mariées et après avoir eu beaucoup d’enfants, Blanche-Neige, Peau d’Ane, Cendrillon et la Belle au Bois Dormant constatent que
si le prince n'est pas tout à fait charmant, elles ne sont pas non plus les princesses irréprochables des contes de fées. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 11 Oct à 22:04

Absolument pas ! pour la simple et bonne raison que le texte que nous montons c'est celui de Perrault et non pas une oeuvre fictive sui ce passe post contes. De plus, Perrault est ultra utiliser. si tu veux tout savoir Joël Pommerat monte le petits chaperon rouge en ce moment, à l'apostrophe à cergy. Et je rappelerais que disney et autres on allégrement utiliser Perrault et ses contes. C'est bien simple perrault est partout !! même dans le programme de littérature de terminal ! en plus !
Donc non le choix de nos profs n'est pas un plagiat. C'est juste la même idée qu'un certains nombres d'artistes qui on décider le matériaux contes de perrault comme support de travail artistique. Perrault étant comment dirais-je ... un momument de de notre culture qui forcément est amplement pris et repris, tout le temps, tout les ans, depuis longtemps.

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Olie
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Localisation : Paname-London
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Lun 16 Oct à 19:32

Ce que ne vous dit pas Nemo surement à cause de sa gd modestie lol c'est qu'en plus du role du roi il aura un autre role "titre" qu'il choisira il a dc gagner sur tt les tableaux (c le cas de le dire ! lol) et puis les roles de salauds te vont à merveille !!

[color=green]Sinon c'est une aventure qui commence et j'espére que l'on pourra bientot mettre en pratique ces bo discours. La théorie bien qu'indispenssable doit être complétée par une pratique réguliére car je pense que bcp d'idée st passées à la trape parce qu'on ne les a pas vu sur le plateau. Elles sont déjà oublié à mon avis. Ms il est vrai que ce travail est trés interessant, la mise en sc. d'un texte que l'on peut modeler est trés jouissif (ola je m'embale ! lol) c'est une liberté que l'on doit utiliser à fond.

Cependant je crois que le groupe manque cruellement de coesion et que le travail en gr, le manque de participation aux débats, et finalement les contraintes que l'on a pas encore (txt, personnages, contes...) nous séparent. Le forum est peut être un moyen de réaliser un gr. En tt cas il a déjà prouvé sa valeur et celle de son ADMIRABLE chef l'an dernier pour la 1ére L en fait c'etait juste pour dire: "Nemo je te rassure nous allons revenir il faut un tps à la rentrée pour redemarer."

Sinon pour le top five des contes je dirai :
* "La barbe bleu"
* "La belle au bois dormant"
* "Le chat botté"
* "Cendrillon"
* "Riquet à la houpe"

Pour vous mettre l'eau à la bouche j'ai trouvée des choses interessantes que je montrerai mercredi et ap sur le forum if I can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Lun 16 Oct à 19:52

Chef ?? je suis pas chef ! Il y a pas de chef ! on est dans un régime anarchique !

Je suis ok avec ton top 5 sauf que je met le chat Botté avant la belle au bois dormant ( qui pour un double jeu de narration pourrait devenir la moche aux bois ronflant ! )

Le manque de coesion devrait je pense disparaitre vite, enfin j'espere !
Il le faut en tout cas !

Mercredi aprés deux cours de théorie on passera à une séance visiblement beaucoup plus pratique ! va il y a voir du jeu !

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 25 Oct à 20:20

2 seéance viennent donc de penser avec l'arrivé de Eric, notre comédien attitré.

On a donc repris les traveaux entrepris dans la séance précédente pour présenter une nouvelle mouture de nos proposition, pour les soumettre à l'oeil externe de Eric.
Celui-ci a donc peu apporter ces conseils au travail de chacun e soulevant ici ou là des soucis de lisibilité. et puis en fournissant quelques conseil sur le jeu, du haut de son expérience de comédien ( comme il le dit lui même. )

Donc des séances riches dans le sens ou je pense que l'on avance avec des éléments qui désormais vont pouvoir s'assemblé correctement. on est un peu en train de ranger des pièces de puzzle pour faire le puzzle un doigt dans le nez et en fesant le poirier !!

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 15 Nov à 20:58

Nouvelle séance marqué par le retour d'Eric, ainsi que des invités de marque venu du théatre de l'apostrophe pour voir notre modeste boulo !

la séance a commencée par le traditionnel et immuable journal de bord de la semaine passé, nous sommes donc revenu, sur les propositions des différents groupe.

D'abord la mort de la reine queen , et la tristesse du roi ! king
visiblement soucis de lisibiliter, il faut affiner le travail. rendre plus visible le fait que c'est un couple royal, et accentuer le principe de la cours de noble autour de lui qui essais de raisonner ce pauvre roi !

Puis il y a eu la scène de la marraine la bonne fée !
Il a été dit de gardé l'echo et pire dans mettre partout ... out ... out ... ! Very Happy
il faut travailler aussi sur l'apparition de la marraine.

Puis enfin, la scène du gateau, ou Layla dans la peau de peau d'âne. ( étrange comme phrase ? la peau de peau ... enfin bref ! ) se trémoussant sur Rock around the clock de Monsieur Billy Halley. deux point ont été abordé, primo se passer de la seconde table. La création de jeux est déjà largement suffisante avec un seul table pour faire la cuisine. comme on a pu le voir dans le petit chaperon rouge.
Et la musique qui sors un peu du cadre. trop facile, il a donc été évoqué de la produire live. nous nous sommes essayés à l'éxercice : Simon, Ophélie et moi même, et avec la participation d'Emma. résultat trés trés encouragent ! je crois qu'on peut vraiment faire un truc trop bien afro Oh yeah !

et enfin les idées abordés par certain groupe n'ayant pour le moment prit aucune forme physique je laisse soin à ceux qui les ont conçu de nous en parler !

Bref en deux, le travail avance, j'espere que la semaine prochaine, un nouvelle étape sera franchit.


Et vous qu'en pensez vous ????

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Dim 3 Déc à 9:47

Nouvelle séance.

Il a été décidé d'arriver bientot à une distribution compléte du conte de Peau d'âne pour réaliser un filage intégral du travail déjà accomplit. On va donc pour la première fois mettre en place les pièces du puzzle que nous avons constitué. bref, encore une séance ou deux et peau d'âne sera presque achevé !

De plus je me sens trés trés trés seul sur ce forum, sur ce sujet en particulier, ou pourtant je pense que les élèves de l'option pourrait alimenter ce sujet on y gagnerais, je pense, ca serait l'occasion de débattre sur les questions sur les difficultés qui nous sont posé par la pièce. Comme le piège parodique.

Alors quelqu'un a un commentaire ??

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Dim 7 Jan à 14:27

Le fillage à été fait, dans le joie et la bonne humeur ... Chacun j'espere à vu le travail énorme qui nous reste à faire. En effet si l'essentiel des tableaux est à peu prés mise en scène, il reste les transitions à mettre définitivement en place. De plus, il reste un travail trés important sur le texte, afin de sortire de l'aspect encore trés scolaire et récitation de fin d'année.

Bref on est pas sortit de l'auberge !

Je présume que aucun élèves de l'option à un commentaire à faire ???
Puisque personne ne vient de toute façon !
Je me sens seul, dans ce forum, mais seul ...

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Jeu 11 Jan à 0:06

Comme promis, je poste le texte avec la répartition des vers pour chacun ! voilà bonne lecture à tous ! et n'hésiter pas à donner vos avis sur le travail en cours !

« Peau d’âne » d’après Charles Perrault

Prologue (Emma, Morgane , Eléonore, Simon, Yacine, Emma)

1. Situation initiale (présentation, l’âne auricrotteur, la mort de la reine, le désespoir du roi)
L ‘âne : Emma
Conteurs :
Clarisse : Il était une fois un Roi,

Le plus grand qui fût sur la Terre,

Aimable en Paix, terrible en Guerre, 

Seul enfin comparable à soi:

Ses voisins le craignaient, ses États étaient calmes,

Et l'on voyait de toutes parts

Fleurir, à l'ombre de ses palmes,

Et les Vertus et les beaux Arts.

Son aimable Moitié, sa Compagne fidèle,

Était si charmante et si belle, 

Avait l'esprit si commode et si doux

Qu'il était encor avec elle

Moins heureux Roi qu'heureux époux.

De leur tendre et chaste Hyménée

Pleine de douceur et d'agrément,

Avec tant de vertus une fille était née

Qu'ils se consolaient aisément

De n'avoir pas de plus ample lignée.

Dans son vaste et riche Palais

Ce n'était que magnificence;

Partout y fourmillait une vive abondance

De Courtisans et de Valets;

Il avait dans son Écurie

Grands et petits chevaux de toutes les façons,

Couverts de beaux caparaçons

Roides d'or et de broderie;

Mais ce qui surprenait tout le monde en entrant,

C'est qu'au lieu le plus apparent,

Un maître âne étalait ses deux grandes oreilles.

Cette injustice vous surprend,

Mais lorsque vous saurez ses vertus non pareilles,

Vous ne trouverez pas que l'honneur fût trop grand.

Tel et si net le forma la Nature

Qu'il ne faisait jamais d'ordure,

Mais bien beaux Écus au soleil

Et Louis de toute manière,

Qu'on allait recueillir sur la blonde litière

Tous les matins à son réveil.


Cyrielle :
Or le Ciel qui parfois se lasse
De rendre les hommes contents,

Qui toujours à ses biens mêle quelque disgrâce,

Ainsi que la pluie au beau temps,

Permit qu'une âpre maladie

Tout à coup de la Reine attaquât les beaux jours.

Partout on cherche du secours;

Mais ni la Faculté qui le Grec étudie,

Ni les Charlatans ayant cours,

Ne purent tous ensemble arrêter l'incendie

Que la fièvre allumait en s'augmentant toujours.
Arrivée à sa dernière heure

Elle dit au Roi son Époux:


Personnages :
La reine : Elodie :
Trouvez bon qu'avant que je meure

J'exige une chose de vous;

C'est que s'il vous prenait envie

De vous remarier quand je n'y serai plus...

Le roi : Antoine
Ah! dit le Roi, ces soins sont superflus,

Je n'y songerai de ma vie,

Soyez en repos là-dessus.

La reine : Elodie :

Je le crois bien
Si j'en prends à témoin votre amour véhément;

Mais pour m'en rendre plus certaine,

Je veux avoir votre serment,

Adouci toutefois par ce tempérament

Que si vous rencontrez une femme plus belle,

Mieux faite et plus sage que moi,

Vous pourrez franchement lui donner votre foi

Et vous marier avec elle.

Conteuse Cyrielle :
Sa confiance en ses attraits

Lui faisait regarder une telle promesse

Comme un serment, surpris avec adresse,

De ne se marier jamais.

Le Prince jura donc, les yeux baignés de larmes,

Tout ce que la Reine voulut;

La Reine entre ses bras mourut,

Et jamais un Mari ne fit tant de vacarmes.

À l'ouïr sangloter et les nuits et les jours,

On jugea que son deuil ne lui durerait guère,

Et qu'il pleurait ses défuntes Amours

Comme un homme pressé qui veut sortir d'affaire.

2 Le chagrin du roi, la recherche d’une femme et la tentation incestueuse
Tableau a : la cour
Antoine, le roi, les courtisans (gravure de Doré) et impro coulisse


Conteuse Clémentine :
On ne se trompa point.
Au bout de quelques mois

Il voulut procéder à faire un nouveau choix;

Mais ce n'était pas chose aisée,

Il fallait garder son serment

Et que la nouvelle Épousée

Eût plus d'attraits et d'agrément

Que celle qu'on venait de mettre au monument.
Ni la Cour en beautés fertile,

Ni la Campagne, ni la Ville,

Ni les Royaumes d'alentour

Dont on alla faire le tour

N'en purent fournir une telle;

L'Infante seule était plus belle

Et possédait certains tendres appas

Que la défunte n'avait pas.

Le Roi le remarqua lui-même

Et brûlant d'un amour extrême

Alla follement s'aviser

Que par cette raison il devait l'épouser.

Il trouva même un Casuiste

Qui jugea que le cas se pouvait proposer.

Mais la jeune Princesse triste

D'ouïr parler d'un tel amour,

Se lamentait et pleurait nuit et jour

Tableau b : Musique « l’Aigle noir » Barbara
Peau d ‘âne :Ophélie et Emma
Le roi : Antoine

3 Peau d’äne fait appel à sa marraine

Conteur Simon

De mille chagrins l'âme pleine,

Elle alla trouver sa Marraine,

Loin, dans une grotte à l'écart

De Nacre et de Corail richement étoffée.

C'était une admirable Fée

Qui n'eut jamais de pareille en son Art.

Il n'est pas besoin qu'on vous die

Ce qu'était une Fée en ces bienheureux temps;
Car je suis sûr que votre Mie

Vous l'aura dit dès vos plus jeunes ans.

La marraine : Aurélie
Je sais de votre coeur la profonde tristesse;

Mais avec moi n'ayez plus de souci.

Il n'est rien qui vous puisse nuire

Pourvu qu'à mes conseils vous vous laissiez conduire.

Votre Père, il est vrai, voudrait vous épouser;

Ecouter sa folle demande

Serait une faute bien grande,

Mais sans le contredire on le peut refuser.
Dites-lui qu'il faut qu'il vous donne

Pour rendre vos désirs contents,

Avant qu'à son amour votre coeur s'abandonne,

Une Robe qui soit de la couleur du Temps;

Malgré tout son pouvoir et toute sa richesse,

Quoique le Ciel en tout favorise ses voeux,

Il ne pourra jamais accomplir sa promesse.

4 Les couturières et la mort de l’âne
Conteuse Mélanie :

Aussitôt la jeune Princesse

L'alla dire en tremblant à son Père amoureux

Qui dans le moment fit entendre

Aux Tailleurs les plus importants

Que s'ils ne lui faisaient, sans trop le faire attendre,

Une Robe qui fût de la couleur du Temps,

Ils pouvaient s'assurer qu'il les ferait tous pendre.

(On voit les tailleurs s’affairer : (ombres chinoises ) Soria et Sarah , les couturières ; l’âne, Emma ; au projecteur Angélique).
Le second jour ne luisait pas encor

Qu'on apporta la Robe désirée;

Le plus beau bleu de l'Empyrée

N'est pas, lorsqu'il est ceint de gros nuage d'or

D'une couleur plus azurée.

De joie et de douleur l'Infante pénétrée

Ne sait que dire ni comment

Se dérober à son engagement.


Marraine Aurélie,
( tout bas)
Princesse, demandez-en une,

Qui plus brillante et moins commune,
Soit de la couleur de la Lune.

Il ne vous la donnera pas.

À peine la Princesse en eut fait la demande

Que le Roi dit à son Brodeur:


Le roi Antoine :
Que l'astre de la Nuit n'ait pas plus de splendeur

Et que dans quatre jours sans faute on me la rende.

Conteuse Mélanie :
Le riche habillement fut fait au jour marqué,

Tel que le Roi s'en était expliqué.

Dans les Cieux où la Nuit a déployé ses voiles,

La Lune est moins pompeuse en sa robe d'argent

Lors même qu'au milieu de son cours diligent

Sa plus vive clarté fait pâlir les étoiles.

La Princesse admirant ce merveilleux habit,

Était à consentir presque délibérée;

Mais par sa Marraine inspirée,
Au Prince amoureux elle dit:

Peau d’âne Ophélie à son père :

Je ne saurais être contente

Que je n'aie une Robe encore plus brillante

Et de la couleur du Soleil.

Conteur Simon :

Le Prince qui l'aimait d'un amour sans pareil,

Fit venir aussitôt un riche Lapidaire

Et lui commanda de la faire

D'un superbe tissu d'or et de diamants,

Disant que s'il manquait à le bien satisfaire,

Il le ferait mourir au milieu des tourments.
Le Prince fut exempt de s'en donner la peine,

Car l'ouvrier industrieux,

Avant la fin de la semaine,

Fit apporter l'ouvrage précieux,

Si beau, si vif, si radieux,

Que le blond Amant de Clymène

Lorsque sur la voûte des Cieux

Dans son char d'or il se promène,

D'un plus brillant éclat n'éblouit pas les yeux.

La marraine Aurélie et Peau d’âne Ophélie :
(
Sa Marraine aussitôt la prenant par la main):

Il ne faut pas,( lui dit-elle à l'oreille),

Demeurer en si beau chemin;

Est-ce une si grande merveille

Que tous ces dons que vous en recevez,

Tant qu'il aura l'âne que vous savez,

Qui d'écus d'or sans cesse emplit sa bourse?

Demandez-lui la peau de ce rare Animal.

Comme il est toute sa ressource,

Vous ne l'obtiendrez pas, ou je raisonne mal.

Conteuse Ambre :
Cette Fée était bien savante,

Et cependant elle ignorait encor

Que l'amour violent pourvu qu'on le contente,

Compte pour rien l'argent et l'or;

La peau fut galamment aussitôt accordée

Que l'Infante l'eut demandée.
Cette Peau quand on l'apporta

Terriblement l'épouvanta

Et la fit de son sort amèrement se plaindre.

Sa Marraine survint et lui représenta

Que quand on fait le bien on ne doit jamais craindre:

Qu'il faut laisser penser au Roi

Qu'elle est tout à fait disposée

À subir avec lui la conjugale Loi,

Mais qu'au même moment, seule et bien déguisée,

Il faut qu'elle s'en aille en quelque État lointain

Pour éviter un mal si proche et si certain.
La marraine Aurélie
Voici, poursuivit-elle, une grande cassette

Où nous mettrons tous vos habits,

Votre miroir votre toilette,

Vos diamants et vos rubis.

Je vous donne encor ma Baguette;

En la tenant en votre main,
La cassette suivra votre même chemin

Toujours sous la Terre cachée;

Et lorsque vous voudrez l'ouvrir,

À peine mon bâton la Terre aura touchée

Qu'aussitôt à vos yeux elle viendra s'offrir.
Pour vous rendre méconnaissable,

La dépouille de l'âne est un masque admirable.

Cachez-vous bien dans cette peau,

On ne croira jamais, tant elle est effroyable,

Qu'elle renferme rien de beau.

5 Errance de Peau d’âne
On voit Peau d’âne fuir le château , Emma, Laura, , Laïla, Ophélie sur gravure de Doré


ConteurThibaut :
La Princesse ainsi travestie

De chez la sage Fée à peine fut sortie,

Pendant la fraîcheur du matin,

Que le Prince qui pour la Fête

De son heureux Hymen s'apprête,

Apprend tout effrayé son funeste destin.

Il n'est point de maison, de chemin, d'avenue,

Qu'on ne parcoure promptement;

Mais on s'agite vainement,

On ne peut deviner ce qu'elle est devenue.

Partout se répandit un triste et noir chagrin;

Plus de Noces, plus de Festin,

Plus de Tarte, plus de Dragées;

Les Dames de la Cour toutes découragées,

N'en dînèrent point la plupart;

Mais du Curé surtout la tristesse fut grande,

Car il en déjeuna fort tard,

Et qui pis est n'eut point d'offrande.

Conteuse Morgane, Eléonore en costume du temps, Peau d’âne Laila :
L'Infante cependant poursuivait son chemin,

Le visage couvert d'une vilaine crasse;

À tous Passants elle tendait la main,

Et tâchait pour servir de trouver une place.

Mais les moins délicats et les plus malheureux
La voyant si maussade et si pleine d'ordure,

Ne voulaient écouter ni retirer chez eux

Une si sale créature.

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "


Dernière édition par le Jeu 11 Jan à 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Jeu 11 Jan à 0:13

6 Peau d’âne souillon la semaine, Princesse le dimanche
Peau d’âne Laïla
Conteuse Ambre

Elle alla donc bien loin, bien loin, encor plus loin;

Enfin elle arriva dans une Métairie

Où la Fermière avait besoin

D'une souillon, dont l'industrie

Allât jusqu'à savoir bien laver des torchons

Et nettoyer l'auge aux Cochons.

On la mit dans un coin au fond de la cuisine

Où les Valets, insolente vermine,

Ne faisaient que la tirailler
La contredire et la railler;

Ils ne savaient quelle pièce lui faire,

La harcelant à tout propos;

Elle était la butte ordinaire

De tous leurs quolibets et de tous leurs bons mots.

Conteuse Sophie
Elle avait le Dimanche un peu plus de repos;

Car ayant du matin fait sa petite affaire,

Elle entrait dans sa chambre en tenant son huis clos,

Elle se décrassait, puis ouvrait sa cassette,

Mettait proprement sa toilette,

Rangeait dessus ses petits pots

Devant son grand miroir, contente et satisfaite,

De la Lune tantôt la robe elle mettait,

Tantôt celle où le feu du Soleil éclatait,

Tantôt la belle robe bleue

Que tout l'azur des Cieux ne saurait égaler,

Avec ce chagrin seul que leur traînante queue

Sur le plancher trop court ne pouvait s'étaler

Elle aimait à se voir jeune, vermeille et blanche

Et plus brave cent fois que nulle autre n'était;

Ce doux plaisir la sustentait

Et la menait jusqu'à l'autre Dimanche.

7 Coups de foudre !
Conteuse Eléonore :

J'oubliais à dire en passant

Qu'en cette grande Métairie

D'un Roi magnifique et puissant

Se faisait la Ménagerie,

Que là, Poules de Barbarie,

Râles, Pintades, Cormorans,

Oisons musqués, Canes Petières,

Et mille autres oiseaux de bizarres manières,

Entre eux presque tous différents,

Remplissaient à l'envi dix cours toutes entières.

Le prince Thibaut, Peau d’âne Laila
Conteuse Laura :
Le Fils du Roi dans ce charmant séjour

Venait souvent au retour de la Chasse

Se reposer boire à la glace

Avec les Seigneurs de sa Cour.

Tel ne fut point le beau Céphale:

Son air était Royal, sa mine martiale,

Propre à faire trembler les plus fiers bataillons.

Peau-d'âne de fort loin le vit avec tendresse,

Et reconnut par cette hardiesse

Que sous sa crasse et ses haillons

Elle gardait encor le coeur d'une Princesse.
Peau d’âne Laïla
Qu'il a l'air grand, quoiqu'il l'ait négligé,

Qu'il est aimable,
Et que bien heureuse est la belle

À qui son coeur est engagé!

D'une robe de rien s'il m'avait honorée,

Je m'en trouverais plus parée

Que de toutes celles que j'ai.
Conteuse Emma :
Un jour le jeune Prince errant à l'aventure

De basse-cour en basse-cour,

Passa dans une allée obscure

Où de Peau-d'âne était l'humble séjour.

Par hasard il mit l'oeil au trou de la serrure.

Comme il était fête ce jour

Elle avait pris une riche parure
Et ses superbes vêtements

Qui, tissus de fin or et de gros diamants,

Égalaient du Soleil la clarté la plus pure.

Le Prince au gré de son désir

La contemple et ne peut qu'à peine,

En la voyant, reprendre haleine,

Tant il est comblé de plaisir.

Quels que soient les habits, la beauté du visage,

Son beau tour sa vive blancheur,

Ses traits fins, sa jeune fraîcheur

Le touchent cent fois davantage;

Mais un certain air de grandeur,

Plus encore une sage et modeste pudeur,

Des beautés de son âme assuré témoignage,

S'emparèrent de tout son coeur
Trois fois, dans la chaleur du feu qui le transporte,

Il voulut enfoncer la porte;

Mais croyant voir une Divinité,

Trois fois par le respect son bras fut arrêté.
Conteuse Ophélie :
Dans le Palais, pensif il se retire,

Et là, nuit et jour il soupire;

Il ne veut plus aller au Bal

Quoiqu'on soit dans le Carnaval.

Il hait la Chasse, il hait la Comédie,

Il n'a plus d'appétit,
tout lui fait mal au coeur,

Et le fond de sa maladie

Est une triste et mortelle langueur
Il s'enquit quelle était cette Nymphe admirable

Qui demeurait dans une basse-cour

Au fond d'une allée effroyable,

Où l'on ne voit goutte en plein jour.

Gens de la ferme : Caroline

C'est,( lui dit-on), Peau-d'âne, en rien Nymphe ni belle

(Et que) Peau-d'âne l'on appelle,

À cause de la Peau qu'elle met sur son cou;
Gens de la ferme : Christelle
De l'Amour c'est le vrai remède,

La bête en un mot la plus laide,

Qu'on puisse voir après le Loup.

Conteuse Ophélie :


On a beau dire, il ne saurait le croire;

Les traits que l'amour a tracés

Toujours présents à sa mémoire

N'en seront jamais effacés.
Cependant la Reine sa Mère

Qui n'a que lui d'enfant pleure et se désespère;

De déclarer son mal elle le presse en vain,

Il gémit, il pleure, il soupire,
Il ne dit rien, si ce n'est qu'il désire

Que Peau-d'âne lui fasse un gâteau de sa main;

Et la Mère ne sait ce que son Fils veut dire.
Gens de la cour : Sarah
ô Ciel! Madame, (lui dit-on),

Cette Peau-d'âne est une noire Taupe

Plus vilaine encore et plus gaupe

Que le plus sale Marmiton.
La mère du Prince Soria :

N'importe, (dit la Reine), il le faut satisfaire

Et c'est à cela seul que nous devons songer.

8 Le gâteau
Conteuse Clémentine :
Peau-d'âne donc prend sa farine

Qu'elle avait fait bluter exprès

Pour rendre sa pâte plus fine,

Son sel, son beurre et ses oeufs frais;

Et pour bien faire sa galette,

S'enferme seule en sa chambrette.
D'abord elle se décrassa

Les mains, les bras et le visage,

Et prit un corps d'argent que vite elle laça

Pour dignement faire l'ouvrage

Qu'aussitôt elle commença.

Le chœur des cuisiniers : Emma, Ophélie, Antoine, Simon
Peau d’âne Laïla
Conteuse Cyrielle

On dit qu'en travaillant un peu trop à la hâte,

De son doigt par hasard il tomba dans la pâte

Un de ses anneaux de grand prix;

Mais ceux qu'on tient savoir le fin de cette histoire

Assurent que par elle exprès il y fut mis;

Et pour moi franchement je l'oserais bien croire,

Fort sûr que, quand le Prince à sa porte aborda

Et par le trou la regarda,

Elle s'en était aperçue:

Sur ce point la femme est si drue

Et son oeil va si promptement

Qu'on ne peut la voir un moment

Qu'elle ne sache qu'on l'a vue.
Conteur Yacine :
Je suis bien sûr encor et j'en ferais serment,

Qu'elle ne douta point que de son jeune Amant

La Bague ne fût bien reçue.
On ne pétrit jamais un si friand morceau,

Et le Prince trouva la galette si bonne

Qu'il ne s'en fallut rien que d'une faim gloutonne

Il n'avalât aussi l'anneau.

Quand il en vit l'émeraude admirable,

Et du jonc d'or le cercle étroit,

Qui marquait la forme du doigt,

Son coeur en fut touché d'une joie incroyable;

Sous son chevet il le mit à l'instant,

Et son mal toujours augmentant,

Les Médecins sages d'expérience,

En le voyant maigrir de jour en jour,

Jugèrent tous, par leur grande science,

Qu'il était malade d'amour.
Comme l'Hymen, quelque mal qu'on en die,

Est un remède exquis pour cette maladie,

On conclut à le marier;
Il 
s'en fit quelque temps prier
Puis dit:
Voix off Thibaut
Je le veux bien, pourvu que l'on me donne

En mariage la personne
Pour qui cet anneau sera bon.

Conteur Yacine
À cette bizarre demande,

De la Reine et du Roi la surprise fut grande;

Mais il était si mal qu'on n'osa dire non.
Conteuse Morgane
Voilà donc qu'on se met en quête

De celle que l'anneau, sans nul égard du sang,

Doit placer dans un si haut rang;

Il n'en est point qui ne s'apprête

À venir présenter son doigt

Ni qui veuille céder son droit.

9 Les doigts : Elise bonimenteur, les filles : Laura, Caroline, Christelle, Elise
Conteuse Morgane

Le bruit ayant couru que pour prétendre au Prince,

Il faut avoir le doigt bien mince,

Tout Charlatan, pour être bienvenu,

Dit qu'il a le secret de le rendre menu;

L'une, en suivant son bizarre caprice,

Comme une rave le ratisse;

L'autre en coupe un petit morceau;

Une autre en le pressant croit qu'elle l'apetisse;

Et l'autre, avec de certaine eau,

Pour le rendre moins gros en fait tomber la peau;

Il n'est enfin point de manoeuvre

Qu'une Dame ne mette en oeuvre,

Pour faire que son doigt cadre bien à l'anneau.

10 Le triomphe de Peau d’âne
La cour, le prince fait les essais, les filles passent en faisant la queue , toutes les filles
Conteuse Eléonore
L'essai fut commencé par les jeunes Princesses,

Les Marquises et les Duchesses;

Mais leurs doigts quoique délicats,

Étaient trop gros et n'entraient pas.
Les Comtesses, et les Baronnes,

Et toutes les nobles Personnes,

Comme elles tour à tour présentèrent leur main

Et la présentèrent en vain.

Ensuite vinrent les Grisettes,

Dont les jolis et menus doigts,

Car il en est de très bien faites,

Semblèrent à l'anneau s'ajuster quelquefois.
Mais la Bague toujours trop petite ou trop ronde

D'un dédain presque égal rebutait tout le monde.
Conteuses Caroline et Angélique :
Il fallut en venir enfin
Aux Servantes, aux Cuisinières,

Aux Tortillons, aux Dindonnières,

En un mot à tout le fretin,
Dont les rouges et noires pattes,

Non moins que les mains délicates,

Espéraient un heureux destin.

Il s'y présenta mainte fille

Dont le doigt, gros et ramassé,

Dans la Bague du Prince eût aussi peu passé

Qu'un câble au travers d'une aiguille.
On crut enfin que c'était fait,

Car il ne restait en effet,

Que la pauvre Peau-d'âne au fond de la cuisine.

Mais comment croire, disait-on,
Qu'à régner le ciel la destine!
(
Le Prince Thibaut):
Et pourquoi non?
Qu'on la fasse venir
Dans la foule Chacun se prit à rire,
Criant tout haut:
Que veut-on dire,
De faire entrer ici cette sale guenon?
Conteuse Elodie :

Mais lorsqu'elle tira de dessous sa peau noire

Une petite main qui semblait de l'ivoire

Qu'un peu de pourpre a coloré,

Et que de la Bague fatale,

D'une justesse sans égale

Son petit doigt fut entouré,

La Cour fut dans une surprise

Qui ne peut pas être comprise.
On la menait au Roi dans ce transport subit;

Mais elle demanda qu'avant que de paraître

Devant son Seigneur et son Maître,

On lui donnât le temps de prendre un autre habit.
((((De cet habit, pour la vérité dire,
De tous côtés on s'apprêtait à rire;
Mais lorsqu'elle arriva dans les Appartements,
Et qu'elle eut traversé les salles
Avec ses pompeux vêtements
Dont les riches beautés n'eurent jamais d'égales;
Que ses aimables cheveux blonds
Mêlés de diamants dont la vive lumière
En faisait autant de rayons,
Que ses yeux bleus, grands, doux et longs,
Qui pleins d'une Majesté fière
Ne regardent jamais sans plaire et sans blesser,
Et que sa taille enfin si menue et si fine
Qu'avec que ses deux mains on eût pu l'embrasser,
Montrèrent leurs appas et leur grâce divine,
Des Dames de la Cour et de leurs ornements
Tombèrent tous les agréments.))))j’élimine
Conteuse Sophie :
Dans la joie et le bruit de toute l'Assemblée,

Le bon Roi ne se sentait pas

De voir sa Bru posséder tant d'appas;

La Reine en était affolée,

Et le Prince son cher Amant,

De cent plaisirs l'âme comblée,

Succombait sous le poids de son ravissement.
Pour l'Hymen aussitôt chacun prit ses mesures;

Le Monarque en pria tous les Rois d'alentour,

Qui, tous brillants de diverses parures,

Quittèrent leurs États pour être à ce grand jour

On en vit arriver des climats de l'Aurore,

Montés sur de grands Éléphants;
Conteuse Sarah :

Il en vint du rivage More,

Qui, plus noirs et plus laids encore,

Faisaient peur aux petits enfants;

Enfin de tous les coins du Monde,

Il en débarque et la Cour en abonde.
Mais nul Prince, nul Potentat,

N'y parut avec tant d'éclat

Que le père de l'Épousée,

Qui d'elle autrefois amoureux

Avait avec le temps purifié les feux

Dont son âme était embrasée.

Conteuse Christelle :
Il en avait banni tout désir criminel

Et de cette odieuse flamme

Le peu qui restait dans son âme

N'en rendait que plus vif son amour paternel.

Dès qu'il la vit:
Le roi Antoine :
Que béni soit le Ciel

Qui veut bien que je te revoie,

Ma chère enfant,( dit-il, et tout pleurant de joie,
Courut tendrement l'embrasser);

Conteur Simon :
Chacun à son bonheur voulut s'intéresser,

Et le futur Époux était ravi d'apprendre

Que d'un Roi si puissant il devenait le Gendre.

Dans ce moment la Marraine arriva

Qui raconta toute l'histoire,

Et par son récit acheva
De combler Peau-d'âne de gloire.

Conteur Antoine
Il n'est pas malaisé de voir

Que le but de ce Conte est qu'un Enfant apprenne

Qu'il vaut mieux s'exposer à la plus rude peine

Que de manquer à son devoir;

Que la Vertu peut être infortunée

Mais qu'elle est toujours couronnée;

Conteuse Laïla :
Que contre un fol amour et ses fougueux transports

La Raison la plus forte est une faible digue,

Et qu'il n'est point de riches trésors

Dont un Amant ne soit prodigue;
Que de l'eau claire et du pain bis

Suffisent pour la nourriture

De toute jeune Créature,

Pourvu qu'elle ait de beaux habits;

Conteur Antoine :
Que sous le Ciel il n'est point de femelle

Qui ne s'imagine être belle,

Et qui souvent ne s'imagine encor

Que si des trois Beautés la fameuse querelle

S'était démêlée avec elle,

Elle aurait eu la pomme d'or.
Conteuse Laila :
Le Conte de Peau-d'âne est difficile à croire,

Mais tant que dans le Monde on aura des Enfants,

Des Mères et des Mères-grands,

On en gardera la mémoire.


_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Dim 14 Jan à 16:05

La semaine dernière nous avons commencé notre réflexion sur un nouveau contes de perrault que nous allons porté sur le plateau. La Barbe Bleu.

Aprés s'etre divisé en plusieurs groupe, nous avons cherchés des pistes, que nous avons commencé à mettre en commun. Pour le moment, je ne peut pas en dire beaucoup plus, chaque groupe n'ayant pas encore donné leurs pistes de réfléxion. On peut noter, cependant, que le tueur en série semble visiblement un élément qui revient, un peu chez tout le monde. Barbe Bleu oblige en même temps !

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Dim 28 Jan à 14:40

Journal de bord de la séance 15.

Pour ceux qui l'aurait loupé, et puis pour donner quelques détailes sur le travail commencé sur Barbe Bleue.

Après les congés de noël nous sommes revenu plein de bonnes résolutions pour le théâtre ! Nous avons commencé par l’immuable journal de bord en l’occurrence celui d’Emma et de Simon qui sont revenu sur le filage. Qui a été décrie comme une espèce de mise en situation concrète du travail déjà réalisé et surtout une mise en relief des points qui nous reste encore à travailler. Bref une véritable « mise sous pression » comme certain l’ont dit. Il reste en effet des choses à faire, le filage a permis de voir quoi. J’ai parfois l’impression que nous avons des parties de puzzle et qu’il ne reste plus que quelques pièces à trouver pour finir le tableau « Peau d’âne ». Le projet d’ailleurs semble avoir passer un étape de plus avec une division du texte « au vers prés » par Madame Dubarry qui s’est livré à un véritable travail de chirurgie littéraire. « Peau d’âne » en bonne voie, nos professeurs ont décidés de lancer le travail sur « la Barbe Bleu » Nous nous sommes divisé en petits groupe d’élèves afin de commencer une réflexion sur le conte, et de trouver ce que nous pourrions en faire, M.Dieudonné, nous a fait remarquer que le travail sur Barbe Bleu n’était pas a traité comme « Peau d’âne. ». En effet, la Barbe Bleu renvois très facilement a des choses bien plus contemporaines vis-à-vis de nous, comme les tueurs en séries par exemple, écho qui est venu à l’esprit de chacun de nous. En fin de séance nous avons commencé à mettre en commun les idées des différents groupes, plusieurs groupes se sont déjà exprimé ayant apportés chacun un certain nombre d’élément : La barbe bleu tueur en série, mais aussi, l’idée d’une pomme à la place de la clé, renvoyant au péché originel. Pour un certain nombre d’entre nous « la clé » de l’histoire est contenu dans la clé que barbe bleu donne à sa femme. Cette scène devra donc je pense jouer un rôle « clé » dans l’adaptation que nous avons commencé. D’une façon assez générale chaque groupe semble avoir proposé une vision assez sombre du conte de Perrault ce qui espéreront le nous mettra à l’abris du coté obscure du théâtre : la parodie facile ! Certains groupes ne se sont pas encore exprimés, et pour l’instant personne ne semble s’être interroger sur un élément qui moi m’interpelle particulièrement : la couleur de la barbe ! Tout d’abord, d’un point de vu strictement et bassement technique et matériel, il me semble dur, complexe en tout cas de coller une fausse barbe bleue à l’un d’entre nous, au risque de paraître un brin à côté de la plaque, surtout si nous nous dirigeons vers une adaptation sombre. Si une Barbe Bleu à l’époque de Perrault pouvait faire frémir de terreur les marmos, et dégoûter les dames de cours, aujourd’hui une barbe bleu prête plutôt à faire sourire les enfants et les dames. Bref la barbe me questionne et me gratte le menton ! Signe bien connu de la réflexion intense.




Et maintenant la suite.

L'ensemble des groupes ayant fait ses propositions on peut déjà dire, que la barbe bleu sera traité dans un tour relativement sombre, le tueur en série ayant était retenu par à peu prés tout le monde. L'aspect suggestion de l'horreur semble aussi fair son chemin et satisfaire tout le monde. Mélanie disait d'ailleur, que ne rien montrer laisse le spectateur concevoir sa propre vision de l'horreur, et rien ne sera jamais plus horrible que la vision qu'on peut s'en donner grace à l'imagination.
L'aspect schizophrène de la femme de Barbe Bleue semble plaire, surtout à Madame Dubarry et M.Dieudonné. Est ce que la femme a vraiment vu des corps, est ce que ce n'est pas une hallucination de son esprit, et d'ailleurs, le spectateur n'est il pas aussi schizophrène qu'elle ! et vous là assis sur votre siège devant cette ordinateur ! Etez vous sur que ce que vous lisez est vrai ? N'est ce pas plutot un produit de votre cerveau malade et rabougri au fond de votre crâne vide ??

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Clochetteloisel
Profane
Profane
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 28
Localisation : Neverland
Date d'inscription : 14/11/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Lun 5 Fév à 23:15

Les voici les voila, les photos tant atendues de la semaine dernière lors de la répétition de la scène des Mr Layal (et non pas Loyaux un peu de sens nan mais oh!) et la scène de l'esseyage des bagues par toutes les jeunes filles du royaume.

Enjoy...

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=1&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=2&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=3&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=4&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=5&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=6&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=7&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=8&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=9&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=10&u=11051801

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=11&u=11051801
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mar 6 Fév à 10:04

Merci à toi Clochetteloisel !

La séance dernière a été un trés belle séance, avec un Eric déchainner comme on le voit sur une photo avec Simon !
Bref, un grand amusement, un grand plaisir, la scène des bagues est trés efficace, et vous étes quelques une a avoir proposer des choses super interessante, je pense notament à toi et Laura. que l'on voit aussi parmis les photos.

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Olie
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Localisation : Paname-London
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Lun 26 Fév à 23:38

Je n'ai pas trouvé cette séance si intérressante. Il y a eu des sénce bien plus enrichissante. Elle etait longue, désorganisé, sans gde utilité pour la plupart des pers. car trop ciblé sur le travail des Mrs loyal. Comment dire tel ou tel mot du prologue de cette façon ne m'a pas bcp aidé pour mon texte, en vers et dans une energie toute à fait différente.

Qt au reste de la seance ciblé sur les bagues c'était changements et refonte de ce qu'on avait déjà travaillé. Ce systéme de tt changer sans méme prendre le tps de regarder notre travail et affaiblissant. On perd de l'energie et du tps. J'aimais particuliérement cette scéne avec la derniére qui étaient des scénes de groupe. Mnt on arrive à 4-5 pers par gr de différentes classes sociales. Cela mets moins en valeur la fastuosité du palais et de sa cour. Ce n'est plus un événement (on peut voir ds sa vie une ou deux fois un prince se marier), mais un simple marriage. On aurrait pu garder l'effet extraordinaire sur tt les couches de la société et faire un parralléle avec nos news sur les stars glané ds gala, match et autre ( ex: Prince Wiliam). On pourrait appeler sa un vrai phénoméne de société.

Finalement je pense ke le meilleur moyen d'avancer est de faire des ateliers.
Je suis cependant trés heureuse de faire ça (sinon j'en parlerai pas sur le forum). C'est un projet interressant, populaire (ds le bon sens du terme), qui convient trés bien à des gd ados com nous, bcp de merveilleux et une possible critique de la société, de plus cela compléte trés bien notre cours de littérature dt nous pouvons faire part aux autres.

"La barbe bleu" est selon moi un conte à traiter trés differement de Pd'a. Les idée que nous avons eu pr "moderniser" le perso principal sont selon moi des pistes à aprofondir. Il faudrait trouver les details ke nous pouvons réajuster à notre époque (com les fréres par ex) pr kil y en ait une multitude et ne pa adapter tt le conte. Il ne faudrait pas ke la "Barbe B" soit l'atelier qui occupe les pers sans travail car il y en a bcp de l'autre coté !! On peut penser aux couturiéres (sc à s'arracher les cheveux et les pers qui s'en occupent), à la mére du prince qui n'existe pas...

Beau programme !!! Courage nous y arriverons !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olie
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Localisation : Paname-London
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Ven 2 Mar à 21:56

J'ai finit notre drap qui est mnt notre rideau !!! Demain magasin de bricolage pour trouver un fil électrique noir convenable pour remplacer le boot !!! par contre j'ai du mal ac mon costume jaune de la Fausse suivt lol c pas encore ça ! (c pa la bonne rubrique ms c pa si interressant pr le mettre ds Bond)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Sam 3 Mar à 10:40

Oui !! Bravo Olie !

On va pouvoir faire des trucs propre maintenant, ca va fluidifier un certain nombre de choses, je pense.

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 9 Mai à 22:23

Et désormais on arrive dans la dernière ligne droite !! Enfin pour ceux qui passe leur bac en tout cas. Alors qu'en pensez vous ? On va droit dans le mur, ou est ce que on peut esperer sauver les meubles ? Ou alors tout déchirer et mettre le jury à genoux !!

Je pense que l'ensemble du projet tiens vraiment la route, même si le travail que nous allons présenté n'est pas entière aboutit, je pense qu'on tient vraiment un beau projet plein de belles choses qui peut vraiment plaire au jury.

Bref, 'suis assez confiant moi ! lol !

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Scaps
le piano de la connaissance
le piano de la connaissance
avatar

Nombre de messages : 90
Localisation : ha ha tu aimeraui le savoir??? ceux qui doivent le savoir le savent^^
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: d'accord^^   Mer 9 Mai à 22:39

moi j'y crois mais ya beaucoup de boulot^^
au passage, me voici enfin repertorié, nemo!!

je me servirai de ton blog pour qu'on m'aide à la conduite, car ça va être du boulot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Mer 9 Mai à 22:41

Certe, et avec plaisir.
Content de compter parmis nous Scaps ( il était temps ! )

mais juste une petite précision, ce n'est pas un blog, mais un forum !
Voila !!

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Scaps
le piano de la connaissance
le piano de la connaissance
avatar

Nombre de messages : 90
Localisation : ha ha tu aimeraui le savoir??? ceux qui doivent le savoir le savent^^
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: bourde   Mer 9 Mai à 22:45

oups et une bourde, une (en plus je m'étais interdit de le faire...) Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scaps
le piano de la connaissance
le piano de la connaissance
avatar

Nombre de messages : 90
Localisation : ha ha tu aimeraui le savoir??? ceux qui doivent le savoir le savent^^
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Jeu 10 Mai à 12:54

Je vous donne à tous ce que j'ai commencé à faire.
Il s'agit de faire la conduite de Peau d'Ane pour le fillage-si possible- de mercredi prochain.
La conduite s'articule ainsi :
8 colones, intitulée de gauche à droite : "Conteur/Technicien", "Personnages Entrées/Sorties", "Synopsis", "Lumière", "Son", "Poursuite avant", "poursuite arrière", "rétroprojecteur"

Ensuite, libre à vous de faire des lignes, le but est qu'a chaque évenement marquant de la scène on aie qui entre, qui conte, qui fait quoi à la regie, aux poursuites, etc.

Je me suis déjà occupé des scène 3, 4, 7, et 11, Ophélie se charge de la transition 6-7
Si possible, pouvez vous nous aider???

Je suis nouveau sur ce FORUM (^^), donc je vais demander à Némo comment faire pour vous montrer ce que ça donne (car mes explications sont assez fumeuses...) Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Gardien du Savoir
Gardien du Savoir
avatar

Nombre de messages : 1736
Localisation : In Pepperland.
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   Dim 13 Mai à 13:10

Ce qui pourrait donner pour la scène un par exemple quelques choses comme ça.


"Conteur/ technicien"

Conteurs : Clarisse/Cyrielle.
techniciens pour apporter la table :Yacine, Mélanie, Morgane (par exemple).

"Personnages Entrées/Sorties"

La reine : Miko.
Le roi : Antoine.
entrées à cours, sur le texte de cyrielle.
Sortie de la reine sur la table à jardin.

"Synopsis"
Conteur place la situation, la reine casse sa pipe, le roi triste.

" Lumière "
tout plein de lumière, Thibaut à la technique ( par exemple )

" Son "
Néant.

" Poursuite arrière "
Néant

" Poursuite avant "
Néant

" rétro "
Néant.

_________________
" Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanthologie.forumculture.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les contes de Perrault monte sur les planches.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les contes de Perrault monte sur les planches.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Brainstorming : abécédaire des contes de Perrault
» Contes de Perrault
» Seconde. Ecriture d'invention à partir des Contes de Perrault
» qcm contes perrault
» Quels contes en 6ème ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Anthologie :: Arts :: Théâtre-
Sauter vers: