Forum de l'Anthologie

Ici on parle de tout et de rien. Culture, musique, arts, littérature, actualitées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olie
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Localisation : Paname-London
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: ?   Dim 27 Jan à 23:12

Crise
Et puis non
Seulement des questions qui se pressent
Toujours plus nombreuses aux portes de mon être.
C’était si simple de remettre ces interrogations à plus tard.
"Quand je serai grand je saurai qui je suis.
- Etre grand c’est quoi ? c’est quand ?
-Dans des années je saurai, je deviendrai grand"


Mon identité

Le moi questionne le moi
Il lui demande, depuis peu, ce qu’il fait là.
Il était présent, il est manifestement passé, il sera peut être encore
Contrairement à celui qui réclame
En vain une réponse.

Ils ne s’entendent plus vraiment comme avant
Ils s’affrontent, en faisant les cents pas.
L’un veut un mot, un seul mais juste pour lui
Qui pourrait enfin le confondre.
Ne pas disparaître sans laisser un mot sur les lèvres des êtres chers ou pas.
Juste pour moi, juste moi. Se définir enfin du mieux possible.
Il cherche encore, et encore jamais rassasié, lui ne trouve pas, bonhomme aigri et froid.

L’autre regarde en attendant, contrôle.
Bientôt il interviendra pour une entente finale.


Comment toi peux -tu savoir quel mot choisir si moi-même je ne le connais pas ?
Aurais-tu un pouvoir que je n’ai pas ?
Chère alter ego que sait-tu de moi ?
Apprends-moi, reste avec moi
Plus je te connais, plus je me connais
Et peut être bientôt je saurai devenir grand.

Ce mot je ne le connais pas, pas plus que toi
Des lettres et des chiffres trop peu pour moi,
Je préfère les collections de papillons comme un ami, saint comme toi.

Si j’avais à choisir j’en choisirai trois pour toi, ceux qu’on aime le plus,
Pour qu’enfin toi et moi s’envole vers nous.

Mon cher P. ,comme te l’a écrit ton fils mieux que moi, être adulte n’est ce pas se demander comment on en est arrivé là ?
Une aide, un conseil est toujours apporter à ceux qui savent le demander.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olie
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Localisation : Paname-London
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: Re: ?   Ven 8 Fév à 15:51

Et l’histoire recommence
Chaque année la même
un tourbillon de pensées, de souvenirs
Perdus ou effacés
Mais pas pour tout le monde
Deux garants de notre vie s’éveillent
Nous racontent
Chaque année, même mois
Petits bouts insignifiants de quelques temps
Simplement les plus beaux moments de leurs vies


On grandit
Et on grandit sous ces mots
Un an de plus et plus encore
Souvenirs de souvenirs
Tradition aimée et chérie, préservée enfin
Tout est bien si tous sont là.


Histoire de piles, de cinéma, de valises, de tantes, de course folle, d’attente, de culottes, de garde, de parachutes, de téléphone manquant, de 2CV sur les pavés de Lille,
Et de dame enceinte
De bébé bien en chair, d’appartement et de vie bien différente et si proche pourtant


Et ensuite à leur tour,
Ignorance ou bribes
Une petite maison de l’autre coté d’une cour
Après une porte cochère, au-dessus d’un ciel de traîne, assez grand pour laisser passer les échelles d’un couvreur méconnu mais aimé,
prés d’un potager,
Pomme de terre, poires, et rhubarbe poussent dans un match acide sous l’arbitrage strict d’Adèle.
Histoire d’il y a un demi-siècle
Histoire des campagnes du Nord
Le lapin, les œufs de paques cherchés à la ferme d’à coté, la maison faite par le grand-père,
Les béttraves à sucre sont en vue
Si loin du pensionnat, si loin de nous.

Apprendre un bout en plus
Répéter pour éviter les confusions et ne pas oublier
Ne pas perdre tout ça, ne pas s’égarer
Savoir pour avancer, pour nous connaître,
Encore une question d’identité,
Je ne peux m’enfuir, quand je les regarde j’ai mon miroir devant moi.
Cette chance de les avoir pour nous encore
Ne pas gaspiller le tps
Vite tout savoir
Leurs vies avant nous pour connaître un bout de la notre
Oser pour enfin partager.

Apprendre un bout en plus
Répéter pour éviter les confusions et ne pas oublier

Et bientôt, dans quelques jours un autre se lèvera, aura son histoire,
Raconté par d’autres mais entouré, choyé, comme on l’a été, au cœur des pensées de tous pour son jour.
Finalement rien ne change vraiment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olie
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
Menbre de l'Ordre de Merlin l'erudit
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Localisation : Paname-London
Date d'inscription : 18/11/2005

MessageSujet: Re: ?   Mar 22 Avr à 14:56

Un ange est perdu
Il a voulu voler trop haut
Plein d’espérance, de naïveté,
Pas sans courage
C’était pourtant à nous de le protéger,
De lui dire que le monde n’était pas si noir, qu’on si faisait.

Un coup, une chute, un boum,
Et pan,
Une victoire, une défaite,
La partie d’échec, d’ivoire et d’ébène s’est achevé dans le sang.
Mais qui perd ?

La tête et les ailes petite alouette,
La girouette toute à l’envers,
La poule pleure sous sa brosse à dent.

Elle ne caquète plus comme avant. Elle a le bourdon.
Les fiers coqs, ces chameaux, gouvernant leur métairie l’ont réduite au silence.
Elle se fait traiter comme du bétail.
Ils montent sur leurs grands chevaux,
La tête haute regardant avec dédain les autres animaux.
Ils créent si facilement un climat de haine, de violence et de peur.

Elle ne voulait pourtant pas faire de bulles dans la marre.
Elle est têtue comme une mule, elle a du chien, elle est monter comme un âne quoi,
Mais on l’a rendu chèvre.

Mais puisque c’est assez, la poule rousse s’en est enfuit encore une fois,
Elle s’envole pour aller voguer avec son crocodile, sans larme ni regret.
Il a des dents, il la protége mais ne s’en sert pas souvent, juste pour effrayer le cabot qui aboie à son passage.
Il l’a prise sous son aile, doux comme un mouton.
Elle fuit à pas de loup, sans prise de bec, pour une fois, sans faire de vague. Elle part, elle se sent avoir des ailes.
Elle revient vers ses premiers amours, ces petites choses si belles qui l’appellent.
Elle va voir ses amies, rit comme une baleine pour trop peu de temps,
Avec son poisson d’eau douce, trop belle et trop gentille pour l’immense océan.
Elle retrouve un crabe qui a laissé ses pinces pour mieux faire la fête. Le perroquet, l’œuf, le pingouin, le renard, le zèbre et quelques autres manquent à l’appel.
Elles se reverront bientôt.

Allez plus haut, voir autre chose,
De plus chouette,
Le Soleil et la mer, allait s’y perdre.

Comme en vacances avec son crocodile qu’elle aime.
Elle vole maintenant de ces propres ailes.

Avant de retourner vers son trou noir toujours aussi inexorable.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Anthologie :: Place aux artistes.-
Sauter vers: